Histoire du foie gras

Issu d’un savoir-faire ancestral, le foie gras a donné naissance à une tradition désormais millénaire. Il y a plus de 4500 ans, les Égyptiens ont fait l’heureuse découverte des foies énormes et savoureux des oies sauvages qui s’étaient gavées avant d’entamer leur migration. Ayant compris que les volatiles faisaient spontanément des réserves de graisse, ils entreprirent de les domestiquer et de les gaver à l’aide de figues. C’est ainsi qu’est née cette longue tradition dont attestent les fresques égyptiennes de la Ve dynastie dans la nécropole de Sakkarah. Les Romains firent eux aussi preuve d’engouement pour le foie engraissé et introduisirent l’élevage d’oies et de canards en Gaule. Ce fut la découverte du maïs par Christophe Colomb qui permit au gavage de se développer en Europe.

Après la chute de l’Empire romain, la tradition du foie gras se développa en Europe centrale sous l’influence des marchands juifs qui utilisaient la graisse d’oie pour cuisiner. La découverte du maïs par Christophe Colomb permit au gavage de se développer en Europe.

La technique du gavage s’implanta alors partout: Alsace, Hongrie, Bulgarie. L’élevage et le foie gras font toujours partie intégrante de la culture de ces régions aujourd’hui encore renommées en raison de leur savoir-faire.

Après une entrée remarquée à la table royale d’Henri IV, le foie gras ne quittera plus jamais les cuisines les plus raffinées.

Il y a 30 ans, c’est dans le petit village d’Upigny en Hesbaye namuroise qu’Upignac a commencé à produire du foie gras.